Gestion de données sur les personnes Déplacées Internes : La DNDS réaffirme son leadership.

La Direction Nationale du Développement Social (DNDS), conformément aux principes directeurs relatifs aux personnes déplacées à l’intérieur de notre pays reconnait l’importance d’obtenir des données précises afin de guider la réponse humanitaire et de faciliter le retour et la réintégration des personnes déplacées internes (PDIs).

NOTE IINOOV 2014 1197
L’expérience de la DNDS en matière d’assistance, de protection de secours et de défense des droits des personnes affectées par les crises migratoires a permis à la DNDS de se positionner comme un acteur majeur au Mali. C’est dans ce cadre que l’Institut d’Études et de Recherche en Géronto-Gériatrie communément appelé « la Maison des Aines » a abrité le 13 novembre 2014 sous la présidence de Monsieur Samba Alhamdou BABY, Secrétaire Général du Ministère de la Solidarité de l’Action Humanitaire et de la Reconstruction du Nord, la cérémonie de transfert à la DNDS de la Matrice de suivi des déplacements (MSD) .

NOTE IINOOV 2014 1189   
Avec le transfert de leadership du programme dénommé Matrice de Suivi des Déplacements (MSD) : Déplacement Tracking Matrix, (DTM) en anglais, la DNDS fournira désormais des informations à l’ensemble de la communauté humanitaire afin de répondre aux besoins des populations déplacées dans notre pays.

NOTE IINOOV 2014 1181
La Matrice de suivi des déplacements, est un système de collecte d’informations qui a été adaptée au contexte malien par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM). La méthodologie mise en œuvre par la Matrice prend en compte la stratégie approuvée par la Commission Mouvement de Populations (CMP). Ses différents niveaux de collecte d’informations contribuent au profilage des populations au Mali.

NOTE IINOOV 2014 1183
L’objectif de la MSD est de mettre en œuvre un profilage des populations déplacées à la suite du conflit ayant affecté des régions nord du pays en 2012 et les calamités naturelles. Les données collectées comprennent : le nombre de personnes déplacées, des données démographiques, les lieux d’origine, les tendances de déplacement, les besoins exprimés/identifiés ainsi que l’assistance délivrée afin de faciliter la mise en place de programmes d’assistance mais aussi de retour et de réintégration pour les personnes déplacées ainsi que de défendre les droits de ces derniers.

Gaoussou BATHILY
Chargé de Programme/DNDS
Abdramane Niama TOGORA
Gestionnnaire de Base de données /DNDS

Le retour des déplacés du nord : La Direction Nationale du Développement Social à pied d’œuvre.

La crise politico sécuritaire qui a frappé le Mali en Mars 2012 a entrainé l’occupation des régions Nord du Pays (Kidal, Gao et Tombouctou) et une partie de la région de Mopti, par les Mouvements Rebelles avec son corolaire de déplacement massif des populations vers les pays limitrophes du Mali comme le Niger, le Burkina Faso, l’Algérie et la Mauritanie et certaines villes du Mali comme Mopti, Ségou, Koulikoro, Sikasso, Kayes et le District de Bamako qui ont reçu une vague de populations non moins négligeable.
C’est ainsi que le Gouvernement du Mali à travers le Ministère de la Solidarité de l’Action Humanitaire et de la Reconstruction du Nord et les Partenaires au Développement ont décidé d’accompagner le retour volontaire des populations déplacées dans leur région d’origine. Dans cette optique, une mission préparatoire conduite par M. Moussa Ouattara Chargé de Suivi Evaluation à la Direction Nationale du Développement Social et de M. Aly Keïta agent du Projet d’Appui et d’Accompagnement des Personnes Déplacées s’est rendue à Sikasso et Koutiala du 23 au 26 Juillet 2014 afin de préparer le retour volontaire des déplacés de Sikasso et de Koutiala dans leur région d’origine.
La mission a consisté essentiellement de :
– identifier les ménages déplacés voulant retourner dans leur région ;
– recenser les ménages déplacés volontaires pour le retour dans leur région.

Les Compatriotes rapatriés  de la Centrafrique sous des tentes  dans la cour du Centre de Secours d'urgence  de Sogoniko.

                                                                                                 

A la suite des investigations, la mission a pu identifier et recenser 1602 personnes volontaires au retour dans leur localité d’origine, réparties entre Koutiala 831 personnes et Sikasso 771 personnes pour un coût estimatif global de 33. 105. 000 Francs CFA comme frais de voyage. (16. 346. 500 FCFA Koutiala et 16. 758 500 FCFA Sikasso).
Notons que la majeure partie de l’effectif (1602 personnes) est constituée d’enfants, 973 au total dont 619 scolarisés et 354 enfants non scolarisés.
Les personnes vulnérables ne restent pas en demeure car elles totalisent 63 individus comprenant 41 personnes âgées et 22 personnes handicapées.

IMG_1514
La reconstruction et le développement des régions Nord ne peut se faire sans apport humain, pour cela il est impérieux d’assister des convois pour le retour volontaire des populations déplacées dans leur région d’origine et d’appuyer leur réinstallation et leur réinsertion/ réintégration sociale.

Gaoussou BATHILY
Moussa Ouattara

 

Rapatriement des maliens de la Centrafrique : La mobilisation des autorités maliennes ne faiblie pas

Le jeudi 07 aout 2014, à l’aéroport international de Bamako-Senou, sont arrivés 283. maliens rapatriés, à bord de la compagnie Ethiopian Airlines. Etaient présents au pied de la passerelle de l’avion le Ministre des maliens de l’extérieur, Monsieur Abdrahamane Sylla, qui avait à ses côtés le Directeur National du Développement Social, Monsieur Modibo Diallo et le Représentant de l’OIM ( Organisation Internationale Pour l’Immigration) au Mali pour offrir un accueil chaleureux et digne à nos compatriotes  qui vivaient en Centrafrique.

Devant, sur le tarmac de l’aéroport international de Bamako-Sénou, le Directeur National du Développement Social M. Modibo DIALLO et la délégation qui l’accompagnait. ( Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1671

Descente de nos compatriotes rapatriés de la Centrafrique au bord de Ethiopian Arlines. ( Crédit Photo: G.BATHILY/DNDS)

On se rappelle que depuis l’éclatement de la crise Centrafricaine, en mars 2013, les plus hautes autorités du Mali à travers le Ministère de la Solidarité, de l’Action Humanitaire et de la Reconstruction du Nord, le Ministère des Maliens de l’extérieur ne cessent d’œuvrer inlassablement aux rapatriements de nos compatriotes bloqués en Centrafrique. En effet, plus de 5 convois de 100 à 300 personnes chacun ont été rapatriés par voie aérienne par le gouvernement malien avec l’accompagnement de l’OIM .

DSCF1668

Le Ministre des Maliens de l’ extérieur, M. Abdrahamane Sylla serrant la main des compatriotes Centrafricains au pied de la passerelle de l ‘avion. ( Crédit Photo: G.BATHILY/DNDS)

A l’instar des autres arrivages, le jeudi 07 aout 2014, un dispositif impressionnant de la protection civile accompagné des éléments de la police et de la gendarmerie, d’une équipe médicale était en place sur le tarmac de l’aéroport pour assurer la sécurité des rapatriés et la prise charge des cas de maladies

DSCF1653

Au milieu, le Directeur Régional de la Protection Civile, M. KEITA du District de Bamako et certains de ces collègues à l’aéroport international de Bamako. ( Crédit Photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1654

Au premier plan, Le Directeur National Adjoint Du Développement Social, M. Abba Sangaré au milieu, la Directrice Régionale du Développement Social du District de Bamako, Mme KONE Sissile Odile DACKOUO à droite et à gauche , M. Moussa OUATTARA, Chef de l’équipe de communication, Rapatriement . ( Crédit Photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1655

Quelques éléments du dispositif sécuritaire de la Protection Civile .( Crédit Photo: G. BATHILY/DNDS)

DSCF1676

Les éléments de la Protection Civile aidant un troisième age à descendre de l’avion. (Crédit Phot: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1674

Sur le tarmac de l’aéroport, l’équipe médicale mobilisée pour la prise en charge médicale des cas de maladies. (Crédit Photo: G.BATHILY/DNDS)

Acheminés au centre de secours d’urgence de la protection civile de Sogoniko, nos compatriotes stressés et fatigués par les évènements en RCA et les longues heures de vol entre Bangui et Bamako ont été enregistrés et vaccinés à leur arrivée. On a dénombré au total 55 ménages comprenant 283 personnes dont 143 femmes, 140 hommes et 141 enfants.

DSCF1713

DSCF1712

Dans la cour du Centre de Secours d’urgence de la Protection Civile de Sogoniko, les travailleurs sociaux de la DNDS et de la DRDS-ES du District de Bamako, en pleine séance d’enregistrement des rapatriés . ( Crédit-Photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1720

Dans la cour du Centre de Secours d’urgence de la Protection Civile de Sogoniko, les travailleurs sociaux de la DNDS et de la DRDS-ES du District de Bamako, en pleine séance d’enregistrement des rapatriés . ( Crédit-Photo: G.BATHILY//DNDS)

DSCF1729

Dans la cour du Centre de Secours d’urgence de la Protection Civile de Sogoniko, les travailleurs sociaux de la DNDS et de la DRDS-ES du District de Bamako, en pleine séance d’enregistrement des rapatriés . ( Crédit-Photo: G.BATHILY//DNDS)

DSCF1737

M.Modibo DIALLO, Directeur National du Développement Social, donnant des instructions aux équipes chargées de l’enregistrement pour la bonne marche de l’activité. (Crédit Photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1735

M.Modibo DIALLO, Directeur National du Développement Social, donnant instruction aux équipes chargées de l’enregistrement pour la bonne marche de l’activité. (Crédit Photo: G.BATHILY/DNDS)

Après le District de Bamako avec 187, la région de Kayes compte le plus grand de ressortissants 52, Gao 16, Mopti 10, Tombouctou 7, Koulikoro et Ségou 5 et Sikasso 1. On note que Kidal n’a aucun ressortissant dans le lot.
Avant l’acheminement de nos compatriotes en détresse dans leurs localités d’origine, des soutiens psychosociale, alimentaire, en logistique de couchage et une assistance médicale leur sont assurés par une quarantaine de travailleurs sociaux de la Direction Nationale du Développement, de la Direction Régionale du Développement Social et de l’Economie Solidaire du District de Bamako appuyés par les spécialistes de la santé de la Direction Nationale de la santé en collaboration avec la protection Civile.
Gaoussou BATHILY

DSAH

Les éléments  de la protection Civile  installa une personne de troisième  âge dans un fauteuil roulant (Crédit Photo: G.BATHILY)

Les éléments de la Protection Civile installa une personne de troisième âge dans un fauteuil roulant (Crédit Photo: G.BATHILY)

DSCF1681

Les agents de l’ASAM Sa conduisant le troisième âge vers le bus. (Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1669

Le Ministre Abdrahamane SYLLA, Ministre des maliens de l’extérieur saluant les rapatriés au pied de la passerelle de l’avion de la Compagnie Ethiopian Airlines. (Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1689

Les compatriotes rapatriés à bord du Bus pour  le Centre de secours d’urgence de la Protection  Civile  de Sogoniko.(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1691

Les compatriotes rapatriés à bord du Bus pour le Centre de secours d’urgence de la Protection Civile de Sogoniko.(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

Les bus  à  bord desquels étaient les compatriotes rapatriés de la Centrafrique se dirigeant vers  au  Centre de  Secours d’urgence de la Protection  de Sogoniko

DSCF1705

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1704

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1702

Le Cortège sécuritaire et médicale qui accompagnait les compatriotes rapatriés de l’aéroport international de Bamako- Senou au  Centre de Secours d’urgence de la protection de Sogoniko. (Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

Vue  sur le  Laissez- passer  des  rapatriés

DSCF1725

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1740

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1726

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

Les  Agents de la DNDS et de la DRDS-ES en pleine séance d’enregistrement des rapatriés.

DSCF1739

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1746

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1719

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1718

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1744

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1747

Mme Fanta Mary TRAORE, Chef de Division Solidartié et Action Humanitaire, supervisant les opérations de photocopies des documents administratifs des rapatriés. (Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

L’équipe médicale mobilisée pour  la vaccination des  rapatriés au Centre de Secours d’urgence de la Protection Civile  de Sogoniko

DSCF1754

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1753

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

Nos compatriotes  rapatriés en fil  indien pour se faire vacciner

DSCF1770

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1771

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1772

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

DSCF1773

(Crédit photo: G.BATHILY/DNDS)

Solidarité envers les couches moins nanties en ce mois de Ramadan : l’Agence des Musulmans d’Afrique respecte la tradition

Fidèle à la tradition, l’Agence des Musulmans d’Afrique a procédé au lancement de son opération de distribution de vivres aux fidèles musulmans non nantis des mosquées et des associations ; c’était le samedi 28 juin 2014 au Centre de Santé Al RAZY à Djicoroni Para en présence de nombreuses personnalités dont le représentant du Directeur National du Développement Social en l’occurrence Monsieur Issaka COULIBALY, Chef de Division Lutte contre la Pauvreté de la Direction Nationale du Développement Social. Cet évènement qui se situe dans le cadre du mois de ramadan, mois de jeun, de privation, mais aussi de solidarité et de partage institué par Allah le Tout Miséricordieux, est une opportunité pour l’ONG Agence des Musulmans d’Afrique d’assister les fidèles musulmans dans l’accomplissement correct du jeun. La cérémonie a été caractérisée par la distribution de 98,5 tonnes de vivres aux fidèles musulmans non nantis. 350 familles ont disposé chacune 25kgs de riz, 15kgs de petit pois, 5kgs d’huile et 5kgs de sucre sur 1781 familles repartis dans les autres localité du pays. Le coût total de l’opération est de 47 200 000Fcfa. Par cette opération l’Agence des Musulmans d’Afrique contribue et traduit la solidarité islamique.

Gaoussou BATHILY/DSAH

Poème dedié à la crise malienne à l’occasion de la visite du Premier Ministre Moussa Mara accompagné du Ministre de la Solidarité de l’Action Humanitaire et de la Reconstruction du Nord

Crédit Photo: Ibrahim Abba/DNA/DNDS

Mme Fatoumata TOURE L’auteur du Poème

La CRISE MALIENNE
Oh ! Le Mali
Oh ! Moi le Mali
Pourquoi ?
Pourquoi ? Je suis en crise
Comment moi le Mali en crise ?
Moi le Mali en voie de développement !
Moi- le Mali qui n’a jamais connu le mal
Moi le Mali qui n a jamais eu peur
Moi le qui n a jamais reculer
Moi le Mali qui était toujours vainqueurs
Oh ! Ma patrie
Où sont donc mes citoyens ?
Où sont mes parents ?
Où sont mes fils ?
Où sont mes voisins ?
Ah ! Je suis rappelé
Oui dits grands hommes
Ou sont –ils
Nos arrières parents
Non, non, ce n’est pas de leurs fautes
Si je suis, si j’existe, si je suis vaste
C’est grâce à eux
Ils m’ont élargie
Ils m’ont surveillé
Ils m’ont gardé
Connaissez-vous ma superficie ? N’avez-vous pas vu mon territoire.
Oh ! Je suis vaste.
Serai- je divisé un jour ? Non jamais
Si je parle de division, ça peut être du à mon absence.
Fatoumata TOURE dite Koumba

Protection et assainissement de la Cité : Le Ministère de la Solidarité de l’Action Humanitaire et de la Reconstruction du Nord à l’avant-garde des risques d’accident liés aux inondations dans le district de Bamako.

Au Mali, chaque hivernage est sujet de peur chez certains citoyens car, les risques d’accidents liés aux inondations sont très élevés. Ce phénomène est du généralement à l’encombrement causé par la présence au fond des ouvrages d’assainissement (caniveaux et collecteurs) des ordures et autres déchets, obstruant l’écoulement normal des eaux.

Crédit photo: Abba-DNA/DNDS

Crédit photo: Abba-DNA/DNDS

Pour faire face à cette situation, des actions d’entretien doivent être entreprises pour parer à tous les risques éventuels d’inondation de la ville. C’est dans ce cadre que la Mairie de la commune VI du District de Bamako a abrité le Mercredi 04 juin 2014, les cérémonies de lancement du Projet Haute intensité de Main d’œuvre (HIMO) en présence du Ministre de la Solidarité de l’Action Humanitaire et de la Reconstruction du Nord, Monsieur Hamadoun KONATE, du Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle Monsieur Mahamane BABY, et du Maire par Intérim de la commune, Monsieur Ténemankan KONE.

Crédit photo:Abba-DNA/DNDS

Crédit photo:Abba-DNA/DNDS

L’objectif du projet HIMO est double, création d’emplois pour les jeunes et prévention des risques d’inondation dans la ville de Bamako à travers le curage des caniveaux et des collecteurs.
Initié par le Ministère de la Solidarité de l’Action Humanitaire et de la Reconstruction du Nord en partenariat avec le Ministère de l’emploi et de la Formation Professionnelle à travers l’Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (APEJ), ce projet concerne des jeunes femmes et hommes âgés de 18 à 40 ans sans emplois.
Ce partenariat a été matérialisé par la signature d’une convention d’un montant de 50 millions de francs CFA.

Crédit photo:Abba-DNA/DNDS

Crédit photo:Abba-DNA/DNDS

Le projet HIMO qui est mis en œuvre dans la commune VI du District de Bamako aura à recruter pendant 30 jours, 222 jeunes repartis comme suit : 20 groupes de 10 jeunes soit 200 jeunes, 20 chefs d’équipe et 2 superviseurs.

Crédit photo:Abba-DNA/DNDS

Crédit photo:Abba-DNA/DNDS

En termes d’activités du projet, on retient : le curage des caniveaux et des collecteurs, le ramassage et l’évacuation des déchets et débris vers une décharge, la dépose et la repose des dalles.
Outre, l’ assainissement de la cité, le Projet HIMO a un caractère social car, il permettra aux bénéficiaires d’avoir de quoi pour supporter certaines dépenses surtout en cette veille du mois de ramadan.
Le Projet HIMO a été fortement salué par les autorités communales de la commune VI, qui n’en doutent pas que, sa mise en œuvre enlèvera des épines de leurs pieds en cette période d’hivernage ou le curage des caniveaux et collecteurs s’impose à eux, pour offrir d’avantage à leurs populations un environnement sain et parer au finish aux risques d’inondation.
Gaoussou BATHILY/DSAH

LANCEMENT DU PROJET « PREVENTION DES INCAPACITES DES ENFANTS DE MOINS DE 6 ANS : DETECTION, PRISE EN CHARGE ET STIMULATION PRECOCE » DANS LES COMMUNES DE BAMAKO ET SIKASSO : LA DIRECTION NATIONALE DU DEVELOPPEMENT SOCIAL ET HANDICAP INTERNATIONAL AU CHEVET DES ENFANTS VICTIMES DE HANDICAP CEREBRAL

Le jeudi 8 Mai 2014, la Direction Nationale du Développement Social a abrité, le lancement du 2ème Projet «Prévention des Incapacités des Enfants de moins de six (6) ans : Détection, prise en charge et stimulation précoce » (DPCP) dans les communes de Bamako et Sikasso pour 2014 – 2017. L’activité fut placée sous la présidence de Monsieur Issaka COULIBALY, Chef de Division Lutte contre la Pauvreté représentant le Directeur National du Développement Social empêché.

Credit photo:Franky/DNDS

Crédit photo:Franky/DNDS

Deux interventions ont marqué le lancement de ce projet, à savoir celle du Directeur de Handicap International et le représentant du Directeur National du Développement Social (DNDS). Le Directeur de Handicap International dans son intervention a rappelé les missions de son organisation avant d’assurer les acteurs de son accompagnement dans l’exécution de ce projet.

Quant au représentant du Directeur National du Développement Social, Monsieur Issaka COULIBALY, il a salué les efforts du partenaire Handicap International, pour la mise en place de ce projet en guise de protection des enfants en situation difficile. Il a aussi rappelé la mission fondamentale de la DNDS à savoir l’accompagnement des collectivités territoriales, des familles et des groupes vulnérables. Notons que le lancement de ce projet a été émaillé des exposés qui ont porté entre autres sur : Le bilan du 1er projet DPCP qui a pris fin il y a quelques mois; de ce bilan, il ressort que les cinq (5) résultats attendus ont été atteints, Cependant, un nombre très important d’enfants éprouvant le besoin d’une prise en charge de la paralysie cérébrale existe. En effet, sur 683 enfants pris en charge 252 étaient des paralysies cérébrales. Ce qui justifie du coup le montage de ce 2ème projet plus spécifique.

Crédit phot: Franky/DNDS

Crédit photo: Franky/DNDS

Les résultats de l’évaluation de la SUPPED 2010-2013 (Subvention de la Prise en charge des Enfants Détectés) par un bureau de consultants externe à été présenté. Au total, 683 cas de déficiences ont été prise en charge de 2010-2013 avec un coût total de 23 925 743 FCFA reparti entre cout de la prise en charge : 22 200 838 FCFA et la contribution des parents : 1 724 905 FCFA.

Crédit  photo: Franky/DNDS

Crédit photo: Franky/DNDS

Par ailleurs, concernant la réussite du projet, les acteurs conviennent que seule l’implication dans les décisions et la participation des acteurs locaux et communautaires dans les actions du projet permettra une meilleure appropriation et continuité à long terme de l’action démarrée.

Les travaux ont été sanctionnés par la mise en place du comité de pilotage composé de :
DNDS, DNS, DNE, DRDSES Bko, DRDSES Sikasso, Cercle de SIKASSO, DRS Bko, DRS Sikasso, les médecins Chef des CSREF III, IV, V, VI et le médecin chef du CSRéf de Sikasso, les SDSES III, IV, V, VI et le SDSES de Sikasso, les Maires CIII, CIV, CV, CVI , le Maire de Sikasso, le Directeur General de l’ ANAM, Le directeur General du CNAOM (DGA), le Directeur Exécutif de l’AMALDEME, le Conseil de Cercle de Sikasso, le Président de la FENASCOM ;

Et d’un Comité Technique dont les membres sont : Dr. Broulaye, le professeur Coulibaly, le Professeur Timbo, Dr Camara, DR NAZOUM Diarra, Mme Coulibaly Fatoumata Dicko, Dr Drissa Koné, DRISSA Guindo.

Enfin, un comité d’experts plus restreints composé de spécialistes fut constitué.

Mme COULIBALY Fatoumata DICKO /Coordinatrice du Programme RBC
Gaoussou BATHILY/DSAH

FORMATION DES AGENTS ETATIQUES EN PREPARATION AUX URGENCES

L’an deux mil quatorze et les 24 et 25 mars s’est tenu, à Azalaï Grand Hôtel, un atelier de formation en préparation aux urgences au Mali. L’ouverture et la clôture de l’atelier étaient placées sous la présidence du Ministre du Travail, des Affaires Sociales et humanitaires Monsieur Hamadoun KONATE, et du coordinateur des affaires Humanitaire des Nations Unies au Mali Monsieur Fernando ARROYO.
A l’ouverture, le ministre a placé l’atelier dans son contexte, à savoir donner les bases nécessaires aux agents étatiques sur les instruments normatifs de base en matière humanitaire dans le souci d’un renforcement des capacités à faire mieux face aux urgences. Il a aussi instruit de mettre en place une commission qui sera chargée de poursuivre la réflexion sur les recommandations
L’organisation de cette rencontre avait pour objectifs de :
• Initier les structures étatiques sur les normes et mécanismes standards de la préparation et réponse aux urgences ;
• Renforcer et donner les outils pour une meilleure connaissance de l’architecture et des mécanismes de coordination humanitaire ;
• Vulgariser les grandes orientations du draft de la politique nationale humanitaire du Mali ;
• Renforcer la connaissance sur les outils de préparation et réponse aux urgences disponibles tant au niveau international que régional et national ;
• Savoir évaluer les différents aléas /risques et les prioriser ;
• Analyser et réfléchir sur les leçons apprises de la réponse humanitaire de 2012 à 2013 (Conflit, inondation, cholera).

A l’issue des échanges, les participants ont formulé entre autres des recommandations suivantes :
• Renforcer l’information et la sensibilisation des populations sur les données météorologiques, les risques liés aux inondations, l’assainissement de leur cadre de vie et les bonnes pratiques (ne pas obstruer les caniveaux et collecteurs, éviter les habitats spontanés) ;
• Elaborer la diffusion des cartes de vulnérabilité liées aux inondations pour chaque région
• Renforcer le mécanisme de coordination multi-sectorielle sous le leadership du gouvernement (« task force » élargie.) –pertinence de la mise en place d’une structure unique de gestion des catastrophes au niveau national suivant les recommandations du plan d’action de la politique humanitaire de la CEDEAO ;
• Elaborer une politique nationale de gestion de la réponse aux urgences et pour l’action humanitaire ;
• rééquilibrage des marigots et rivière, le curage des voies d’évacuation des eaux de pluies (canaux, caniveaux, etc.) ;
• Aménager les lits et bordures des marigots qui sillonnent les villes à l’image de « Diafaranako » ;
• Elaborer et mettre en œuvre le programme de développement des villes avant fin 2014 ;
• Mettre en œuvre le Plan de Contingence et de la Stratégie National pour la Réduction des Risques des Catastrophes;
• Elaborer et adopter d’un texte réglementaire pour créer un Comité National de Prévention et de Gestion des inondations ;
• Elaborer un plan national de prévention et de gestion des inondations.

Boubacar MAÏGA/ DSAH
Abibatou DAOU /CDS

LE MARCHE ROSE DE BAMAKO S’EN VOLE EN FUMEE.

Dans la nuit du jeudi au vendredi 23 mars 2014 aux environs de 23h , le marché rose de Bamako a été ravagé par un incendie dont les causes n’ont pas été réellement établies, jusqu’au moment ou nous mettons sous presse. Cependant, d’aucun pense que l’incendie est partie d’un court circuit dû à des mauvaises installations électriques.

Credit photo: G. B. /DNDS

Crédit photo: G. B. /DNDS

Informé du drame, le Ministre du Travail, des Affaires Sociales et Humanitaires, Monsieur Hamadoun Konaté accompagné d’une forte délégation dont le Directeur National du Développement Social, Monsieur Modibo Diallo et de ses chefs de Division en occurrence Mme Fanta Mary TRAORE, chef de Division Solidarité et Action Humanitaire et Monsieur Mr Isiaka Coulibaly Chef de Division Lutte contre la Pauvreté et un des chargés de programme à la personne de Monsieur Abdoulaye Hama se sont rendus sur les lieux.

Cette visite a permis au premier responsable du département en charge des Affaires Sociales et humanitaires et la délégation qui l’accompagnait de constater l’ampleur du sinistre et d’ exprimer leur compassion aux représentants des victimes.

crédit phot: RFI

crédit phot: RFI

Selon les responsables du comité de gestion du marché, le coût des dégâts est évalué à des milliards de nos francs. Rappelons que c’est la deuxième fois (1993 et 2014) que le marché rose de Bamako fait l’objet d’une telle catastrophe.Le Directeur National du Développement Social a instruit à la Direction régionale du Développement Social et de l’Economie Solidaire du District de Bamako de recenser les victimes dans l’optique d’apporter un soutien à ceux-ci

Par ailleurs, notons que dans le cadre de la gestion de ce drame,  trois commissions chargées du recensement, de l’installation et des finances ont  été mises en place. La Direction Nationale du Développement Social conformément à sa mission jouera sa partition dans le processus.

Gaoussou BATHILY
Divion Action Humanitaire/DNDS

Atelier d’évaluation de fin de mission de l’équipe EIUC au Mali

          fin mission EERT

Déployés depuis le 17 Novembre 2013 sur le territoire malien, dans le but d’accompagner l’administration centrale et régionale dans quatre zone à savoir: Bamako, Gao, Mopti, Tombouctou, les experts humanitaires de la CEDEAO étaient en atelier du 12 au 14 Février 2014 pour faire le bilan de leur mission de trois mois. C’est dans l’enceinte de l’Ecole de Maintien de Paix de Bamako que s’est tenu cet atelier de débriefing qui a vu la participation, des délégués du Ministère du Travail de l’Action Sociale et Humanitaire, ceux de la Direction National du Développement Social, ceux de la Direction Nationale de la Protection Sociale et de l’Economie Solidaire; des partenaires tels que OCHA et HCR.

Trois mois d’appui technique , trois mois d’expertise partagée avec nos agents locaux qui ont bénéficiés énormément de cette initiative de la CEDEAO qui vient renforcée l’esprit de solidarité sous régionale. Lire la suite